nom_site_spip
Accueil > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > Le piliostigma

La chronique du jardin botanique

Le piliostigma

Par Bineta Sow

Cette plante, que l’on trouve un peu partout au Sénégal, est une espèce typiquement forestière. Les fibres de ses écorces sont utilisées pour confectionner cordes ou cordelettes et garnir les masques sacrés...

Les animaux raffolent de ses feuilles au goût acide et de ses fruits, si bien que dans beaucoup de zones du centre du Sénégal, notamment, le piliostigma a tendance à disparaître.

Il faut signaler qu’il fait partie des espèces dont on dit que les graines doivent transiter par la panse d’un ruminant pour lever la dormance des germes ou alors les tremper dans de l’acide.

Remarquons tout de même qu’un tel débat sur la régénération assistée du Piliostigma ne se pose pas à l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar où l’on est parvenu à faire germer ses graines sans problème.
Sur le plan médicinal, c’est une plante très connue. A ses vertus antiseptiques et cicatrisantes, il convient d’ajouter son usage généralisé en bain de bouche, fumigation ou inhalation pour calmer les maux de la sphère ORL et les douleurs abdominales, de même que les douleurs thoraciques.

On lui reconnaît également des propriétés antidiarrhéiques et astringentes. Ses feuilles sont efficaces contre les conjonctivites.
L’infusion de ses feuilles donne une très bonne tisane qui, au nom du consommer local, remplacerait bien mainte boisson importée donnée aux enfants en guise de petit-déjeuner et ce, d’autant plus qu’elle a une vertu fortifiante et antitussive.

C’est une plante que l’on utilise également dans les traitements de l’épilepsie et de la stérilité.


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés