nom_site_spip
Accueil du site > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > Le Securidaca longipedunculata

Les chroniques du jardin botanique
de l’Hôpital traditionnel de Keur Massar

Le Securidaca longipedunculata

Par Djibril Bâ

C’est une espèce forestière buissonnante. Ses fleurs sont d’un très beau mauve et ses fruits rappellent étrangement la forme d’un spermatozoïde. Est-ce la raison pour laquelle la plante est perçue comme un contraceptif masculin ? C’est une plante très menacée car pour ses multiples applications, à la fois médicales et magiques, ses racines sont le plus souvent employées.

La poudre sèche de la racine de la plante dégage une odeur très caractéristique qui déclenche des crises d’éternuements. Cette odeur confère au securidaca sa vertu de plante aussi bien antivenimeuse que répulsive, si bien qu’on a coutume de faire porter aux hommes et bêtes des morceaux de racines ou bien d’épandre la poudre aux alentours des habitations pour se prémunir des morsures de serpents. Cette vertu corrobore dans le même temps sa dénomination d’arbre à serpents.

On l’emploie aussi pour conserver les semences ou les traiter, peu avant l’hivernage.

En médecine traditionnelle, par voie externe, le securidaca est utilisé contre les migraines, l’insomnie, les rhumatismes et les prurits.

Par voie interne, il est un bon vermifuge, bon antidouleur, excellent purgatif, diurétique et vomitif.

A l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar, le securidaca est également considéré comme une plante antilépreuse.

Mais il importe toutefois de mentionner que le securidaca est à certains égards un poison végétal, si bien que le maximum d’attention doit être requis quant à sa manipulation.

Voir en ligne : Le blog des amis de l’Hôpital de Keur Massar


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés